Skip to content

Un soir à la Mazarine

19 mai 2010

Je me suis inscrite à la Bibliothèque Mazarine en 1998, pour ma maîtrise d’histoire. Un quart d’heure environ après avoir exposé le sujet de mes recherches pour mon inscription, un conservateur m’apportait une petite liste avec quelques ouvrages qui pouvaient m’intéresser. J’en garde le souvenir d’une bibliothèque attachante, à taille humaine. Sa salle de lecture magnifique, l’espoir secret de croiser en sortant un académicien en goguette et le trajet direct en bus 27 depuis mes pénates expliquent également que j’y aie passé beaucoup de temps.

Salle de lecture de la Bibliothèque Mazarine

Salle de lecture de la Bibliothèque Mazarine

J’ai donc immédiatement accepté quand Rémi Mathis m’a proposé d’aller y faire des photos, après la fermeture, pour Wikimedia Commons. La visite guidée a duré près de 3 heures, pendant lesquelles je me suis efforcée de prendre l’endroit sous toutes ses coutures. J’ai souri en retrouvant la salle des catalogues, avec ses centaines de tiroirs contenant toujours des fiches papier — l’informatisation a commencé. La salle de lecture est toujours aussi lumineuse et les grandes tables en bois comptent toujours aussi peu de prises électriques. J’ai en revanche jeté un œil neuf sur les bustes de la galerie, pour la plupart antiques, que j’avais plus ou moins ignorés auparavant. Cinq ans de participation aux projets Hellenopedia et Histoire de l’art de Wikipédia me permettent désormais d’identifier le pseudo-Sénèque, le Caracalla du type de Naples ou le buste de Sophocle, et donc de m’y intéresser davantage.

Les magasins ont évidemment été le clou de la visite. Il y a toujours quelque chose de magique à découvrir l’envers du décor : que se passe-t-il entre le moment où l’on dépose sa demande et celui où l’ouvrage arrive sur sa table ? La photo des magasins dit « des grands échelles » manque malheureusement d’un élément d’échelle (no pun intended) pour en faire apprécier les dimensions : ils accueillent les grands formats, dont certains in-plano de taille très respectable.

Magasin des « grandes échelles »

Magasin des « grandes échelles »

Nous avons achevé la visite par l’étroite galerie qui surplombe la salle de lecture. J’ai courageusement laissé Rémi y prendre des photos, n’osant pas m’y aventurer moi-même.

Je remercie donc très chaleureusement la Bibliothèque Mazarine de nous avoir accueilli pour cette visite. Certaines des photos réalisées illustrent d’ores et déjà l’article de Wikipédia sur la Mazarine. Les autres, présentes sur Wikimedia Commons, pourront être réutilisées pour d’autres articles de Wikipédia, mais aussi par tout un chacun pour l’usage de son choix : illustration d’une page Web ou d’un article, exposé scolaire, etc. J’aimerais aussi qu’on les regarde simplement pour le plaisir de visiter l’une de nos plus belles bibliothèques.

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 20 mai 2010 11:04

    Et hop, sur ma PU ! 🙂

  2. Edhral permalink
    20 mai 2010 13:05

    Avec ton texte, j’ai compris le pourquoi du nom « magasin des grandes échelles » : j’avoue qu’avant je cherchais des échelles ! (comme dans ta photo http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Salle_de_lecture_de_la_Bibliotheque_Mazarine_Paris_n4.jpg)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s